En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies . Pour en savoir plus sur l'utilisation des cookies sur ce site : Mentions légales | RGPD

Date : 29 06 2020
Catégorie : Economie

Alors qu'elle révisait son document cadre d'urbanisme commercial, la Communauté Autonome du Pays Basque (CAPV) a souhaité dès 2019 disposer d'une meilleure connaissance des implantations commerciales au Nord de la Bidassoa. Soutenue par la Communauté d’Agglomération Pays Basque (CAPB) et la Conférence Atlantique Transpyrénées (CAT), l'AUDAP a engagé un premier travail qui au fil des semaines a permis de consolider quelques indicateurs communs pour quantifier de manière comparable, les activités commerciales sur la Communauté Autonome du Pays Basque (CAPV), la Communauté d'Agglomération Pays Basque, et le Seignanx.

Des échanges réguliers avec le service d´aménagement du territoire et de planification de la Communauté Autonome du Pays Basque

Les temps d’échanges entre les services de l’AUDAP et ceux de la CAPV ont montré combien les préoccupations d´aménagement commercial sont partagées : maintenir le tissu des commerces de proximité qui fondent la vitalité urbaine des quartiers et confortent les liens sociaux de voisinage, éviter de fragiliser le commerce des centres-villes ou le commerce urbain par des développements périphériques non maîtrisés, rendre le commerce accessible à tous et par des pratiques de mobilité durables, limiter l'artificialisation des sols, organiser la bonne cohabitation des activités commerciales avec les autres activités urbaines, … . Mais nos outils de régulation et planification sont différents.


Plus de proximité au sud de la Bidassoa ; une bonne vitalité au nord : c´était avant le confinement !

Concrètement, l’étude permet de toucher du doigt les spécificités des armatures et des dynamiques urbaines de part et d’autre de la frontière :

  • rapporté à la population résidente, on observe davantage de petites structures commerciales au Sud, et relativement moins de surfaces de ventes en GMS (Grandes et Moyennes Surfaces, établissements de plus de 300 m2 de surfaces de vente). Outre Bidassoa, depuis 2006, ce petit commerce a toutefois fortement décru, une baisse qui semble avoir été compensée par une augmentation des Grandes et Moyennes Surfaces commerciales,
  • contrairement au Sud, le nombre total d´établissements commerciaux rapporté à la population résidente a progressé sur le littoral basque et le Seignanx entre 2007 et 2017 ; mais ce nombre reste globalement stable, voire diminue, sur la moitié orientale et rurale du reste du périmètre Nord.


Le confinement, et après ?

Si le confinement a duré à peu près le même temps au Nord comme au Sud de la Bidassoa, le processus de déconfinement n´a pas été tout à fait identique. Pour les deux versants en revanche, les flux transfrontaliers ont été stoppés et le touristique, mis à l´arrêt.

Au sud de la Bidassoa, les établissements de proximité ont joué pendant le confinement un rôle de premier ordre assurant le ravitaillement en biens de première nécessité, et exerçant indirectement (ou directement via les pharmacies par exemple) un soutien social et de solidarité vis-à-vis des plus fragiles.  Aujourd´hui en retour, des villes comme Donostia-Saint-Sébastien n´hésitent pas, par une politique très volontariste, à appeler ses habitants à soutenir les autres commerces de proximité restés sans activité durant plusieurs semaines.

 

 « Nous les voulons à Saint-Sébastien. Soignons le commerce de proximité » - Campagne de soutien au commerce de proximité conduite par la Ville de Donostia-Saint Sébastien
https://www.donostiamarketplaza.eus/es

 

Aller plus loin

Auteur :

Hélène Larralde & Marion Dussarrat Agence d'Urbanisme Atlantique et Pyrénées 05 59 46 50 26 / 05 59 46 50 24 h.larralde@audap.org / m.dussarrat@audap.org
Mot(s) clé(s) : commerce  |   espace transfrontalier  |  
Retour