h  Info lettre

RObservatoire partenarial

l Flux rss

CNous contacter

Actualités détaillées
Date : 10 07 2017
Catégorie : Aménagement urbain

Plus de 40 élus et techniciens béarnais et basques ont répondu présent à l’invitation de Marc Cabane, Président du Syndicat Mixte du Grand Pau (SMGP), pour participer le 28 juin dernier au 1er séminaire de sensibilisation sur la transition énergétique dans les politiques d’urbanisme. Organisé par le SMGP en collaboration avec l’ADEME et l’AUDAP, ce temps d’échange a permis de présenter le rôle clef que jouent les collectivités territoriales contre le changement climatique, mais aussi dans la maîtrise des consommations d’énergie, la promotion des énergies renouvelables et l’amélioration de la qualité de l’air.

Les raisons d’agir
Ce 1er séminaire a été l’occasion de revenir sur des éléments de constats et enjeux liés au changement climatique, à la pollution atmosphérique et la consommation d’énergie. Raphaël Chanellière, chargé de mission ADEME Nouvelle-Aquitaine, et Cécile GALLATO, chargée de mission à l’AUDAP, ont ainsi rappelé et démontré, chiffres à l’appui, l’impact des activités humaines sur la transformation du climat depuis la révolution industrielle, avec quelques compléments prospectifs. Ils ont notamment mis en avant les conséquences de l’augmentation de la température moyenne sur les territoires et particulièrement les villes : amplification des vagues de chaleur, risque d’inondations, effets sur les rendements agricoles …
Ils ont conclu leurs propos en croisant ces enjeux avec les politiques d’aménagement du territoire et particulièrement celles de l’urbanisme. Les choix sur le modèle d’organisation d’un territoire, sur la manière d’aménager une ville et ses quartiers ou encore de refaire la ville existante représentent de véritables leviers à court et long termes sur ces enjeux climatiques, énergétiques et de qualité de l’air.

L’environnement réglementaire
Afin de clarifier les cadres d’actions et les différents outils et leviers mis à disposition des élus, Joëlle Tislé, Chef de service Développement Rural, Environnement et Montagne et Marc Monvoisin, Adjoint au chef de service Aménagement, Urbanisme et Risques de la DDTM64*, ont décrypté les objectifs et les priorités de la loi Transition Energétique pour la Croissance Verte (TECV). Elle place principalement l’échelon intercommunal comme « coordonnateur de la transition énergétique » et lui donne un outil dédié, le Plan Climat Air Energie Territorial (PCAET). Ce document stratégique de transition énergétique doit être pris en compte par un Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUi) d’un territoire.

« Ils l’ont fait ! » : l’exemple du Cœur Haute Lande, territoire pionnier de la transition énergétique
Enfin, pour démontrer aux élus locaux qu’il est déjà possible d’agir, le Syndicat Mixte du Grand Pau a invité Patrick Sabin, Maire d’Escource et Vice-Président de la Communauté de Communes Cœur Haute Lande délégué à la Transition énergétique. En effet, ce territoire, meurtri suite aux dégâts liés à la tempête Klaus de 2009, s’est engagé activement sur la voie de la transition énergétique. Le point de départ a été l’opportunité de mobiliser des surfaces forestières nouvellement disponible au bénéfice d’installations de production d’énergies renouvelables. Fort de ce « nouveau » potentiel, le territoire a répondu et bénéficié de soutiens de la Région Aquitaine, du Ministère de l’Environnement dans le cadre des appels à manifestation d’intérêt TEPOS et TEPCV ainsi que de la Caisse des dépôts. Cette ambition politique a été retranscrite dans le projet du SCoT et conditionne aujourd’hui la démarche PLUi. Les élus locaux ont également fait le choix d’élaborer un PCAET pour avoir une vraie cohérence entre leur PLUi et leurs actions en matière de transition énergétique. Acquisition de véhicules électriques, développement de solutions innovantes en autoconsommation sur les bâtiments publics via la technologie de l’aérovoltaïque, développement de centrales photovoltaïque par zonage à l’échelle de l’intercommunalité ou encore lancement prochainement d’une SEM TEPOS dont 25% sera détenu par les citoyens etc. sont autant d’actions qui font aujourd’hui du Cœur Haute Lande un territoire pionnier en la matière.

Un deuxième séminaire est prévu à l’automne.

* Direction Départementale des Territoires et de la Mer des Pyrénées-Atlantiques

Pour aller plus loin :

--

Auteur :

Cécile Gallato Chargée d'études Environnement Agence d'Urbanisme Atlantique et Pyrénées Tél. 05 33 64 00 33 c.gallato@audap.org
 
Mot(s) clé(s) : document d'urbanisme  |   planification  |   transition énergétique  |  
 
Retour
 
© ICI 2002-2014 | Powered by CMSimple | Hébergement : aditu | Connexion