En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies . Pour en savoir plus sur l'utilisation des cookies sur ce site : Mentions légales | RGPD

Date : 29 06 2021

Les Membres de l’AUDAP, dans une volonté de mettre en partage les expériences sur les territoires et créer une synergie entre les différents acteurs locaux, ont identifié la thématique du paysage comme centrale. Le paysage, quel que soit le territoire, du très urbain au très rural, du littoral aux montagnes, est un élément essentiel dans les démarches de projet. Après la Montagne Béarnaise, l’estuaire de l’Adour est terre d’accueil de cette deuxième Tournée : une belle occasion d’explorer ensemble et au grand air ce que ces paysages nous inspirent au travers d’un jeu de piste ludique et collaboratif.

L’estuaire, le port et ses interfaces habitées…

L’estuaire de Bayonne a été aménagé il y a plus d’un siècle autour des activités économiques de métallurgie et l’arrivée du chemin de fer. Cela a eu pour conséquences de déconnecter le site de la ville. Aujourd’hui, comment améliorer les liens ville-port ? Quels lieux et moyens pour valoriser l’image de l’estuaire ? Quelle appropriation possible du site par le public (habitants, scolaires, touristes) ?

Cette deuxième édition du 29 juin 2021 a réuni 25 participants d’horizons différents. Comme toute journée en extérieur, l’aléa climatique couplé à une avarie de navette fluviale n’a pas permis à tous la découverte de l’estuaire par le plan d’eau mais la curiosité et le plaisir de se retrouver en extérieur ont vaincu. 4 récits photos racontent la production des équipes. Ils sont le fruit du travail collectif qui illustre la richesse et la diversité des paysages portuaires, leurs potentiels de valorisation.

 

Au sommaire :

 


 

La tournée des paysages - 2ème édition : Jeu de découverte - La Quête des 4 mondes - en rives droite et gauche de l’Adour

« Loin au-delà des montagnes hautes et embrumées vers des chemins profonds et des lieux inconnus il nous faut aller avant le coucher du jour en quête de l’histoire secrète et enchantée … des 4 mondes* pour n’en faire qu’un. » (d’après Bilbot le Hobbit – Tolkien)

Le port de Bayonne, dans l’estuaire de l’Adour, embrassant l’océan avec point de mire les montagnes, méritait une approche paysagère à la hauteur de ses singularités. Nous avons pris le parti d’une découverte, fondée sur les imaginaires car « Oui, l’imagination crée le paysage » (Baudelaire).

C’est en réalisant un parcours ludique, appelé « La Quête des 4 mondes », à la découverte de grands sites différents, que quatre équipes différentes devaient ramener un trésor, incarnant l’identité de son site et aussi raconter aux autres l’histoire du périple vécu lors de cette quête.

Une citation, d’après « Bilbot le Hobbit » (1937 de John Ronald Reuel Tolkien), a donné l’ambiance du jeu : « Loin au-delà des montagnes hautes et embrumées vers des chemins profonds et des lieux inconnus il nous faut aller avant le coucher du jour en quête de l’histoire secrète et enchantée … des 4 mondes pour n’en faire qu’un. »
Les 4 mondes sont situés entre rive droite et gauche de l’Adour : les « Chemins Sinueux », le « Pays des Dunes », la « Terre des Confins » et les « Rives de l’Aturri », évoquant respectivement l’eau douce, le feu, le vent et la terre : autant d’éléments devant être ramenés par les équipes sous la forme symbolique de « trésors ».

Les équipes étaient constituées de cinq à six personnes, qui ne se connaissaient pas au départ et de profils différents - paysagistes, architectes, historiens, ingénieurs de collectivité. Chaque personne avait un rôle particulier, indiqué sur son badge.

« L’éclaireur » devait guider avec le plan du parcours, aidé par « le maitre du temps », attentif à la tenue du temps ; « l’historien » prenait des notes afin de raconter l’aventure, complétée par le regard de « l’échotier » et illustrées par les photos prises par « l’observateur ». Enfin « le gardien du trésor » était responsable de ramener le trésor à destination.

Une fois le périple effectué, lors de toute la matinée, les groupes, arrivés « à bon port », ont été accueillis avec un déjeuner reconstituant, fort utile pour redémarrer l’après-midi. Celle-ci était destinée à écrire l’histoire que chaque équipe devait raconter aux autres à l’aide d’une projection photos et pour « preuve finale », la présentation du trésor ramené, répondant ainsi au défi initial de « La Quête des 4 mondes ».

 

Cartographie : l'estuaire de l'Adour et ses 4 mondes

Le monde des chemins sinueux Les rives de l'Aturri Le pays des dunes La terre des confins

 

 

Balades vidéo : Partez en balade et retrouvez les récits proposés par chaque équipe

  • Le Pays des Dunes (le feu) - rive droite : vers l’ouest - de la cale à la digue nord

Aller chercher le feu dans la dune…Mais comment ? En suivant la trace des rails du chemin de fer, cette équipe a traversé le paysage de la rive droite de l’Adour. Un parcours ponctué par des éléments étonnants. Ont-ils retrouvé d’où vient le feu qui se cache dans le pays des dunes de Tarnos ?

[Voir la vidéo]

  • Le monde des chemins sinueux (l’eau) - rive droite : vers le sud - de la cale au pont Grenet

Cette équipe est partie rechercher les sources de l’eau et les êtres qui les gardent. Découvrez ce récit fantastique à la rencontre de l’eau de source. Que ce soit à travers le nom des rues, l’architecture ou l’histoire, ce paysage représente l’eau sous toutes ses formes. Il suffit juste d’être attentifs !

[Voir la vidéo]

  • Les rives de l’Aturri (la terre) (Adour en basque) - rive gauche : du pont rouge au Lazaret

Le Limoterre : un être imaginaire ancien issu de la terre qui vivait autrefois dans les eaux estuariennes de l’Adour. De retour en Aturri, il découvre trois paysages très différents : le paysage de conflits d’usages entre l’industrie et les loisirs, le paysage forestier apaisant du Lazaret et finalement le paysage urbain fragmenté. Qu’en est-il de l’avenir du paysage de l’estuaire de l’Adour ? Limoterre hésite entre attendre que l’Homme le répare où prendre un bateau et partir le plus loin possible…

[Voir la vidéo]

  • La Terre des Confins (l’air/le vent) - rive gauche : du Lazaret à l’embouchure

Quelles sont les sensations que le vent procure le long de cet itinéraire ? Le tumulte des flots consiste à retracer le parcours d’une façon sensible à travers un support cartographique qui parle des sensations olfactives et sonores que les participants ont pu percevoir dans le paysage de la rive gauche de l’Adour. Ce parcours à vélo se termine à Anglet, entre la plage de la barre et l’embouchure de l’Adour. Bon vent !

[Voir la vidéo]

 

 Apports & Enseignements

Portée par le partenariat de l’AUDAP, la tournée des paysages permet de (re)découvrir nos territoires. Cette édition 2021, sur une proposition conjointe de la Région Nouvelle Aquitaine et de la Communauté de Communes du Seignanx, a placé l’estuaire de l’Adour et le Port de Bayonne au cœur des réflexions.

Ce temps de travail collectif permet de nourrir la démarche portée par le port de Bayonne dans le cadre de la mise en œuvre de son Schéma Directeur d’Aménagement sur le volet interface ville-port et valorisation des patrimoines.

L’objectif de cette journée ne peut se résumer à la seule mise en réseaux d’acteurs, même si cela reste essentiel. Elle est surtout l’occasion de se retrouver dans un format de travail décomplexé, qui stimule les échanges et l’expression des points de vue parfois divergents. Elle est mise au service d’une démarche déjà engagée par le Port de Bayonne qui souhaite transformer en actions concrètes la valorisation du site portuaire et de ses interfaces avec les villes et les milieux naturels en vue d’une appropriation des acteurs et des habitants.

On retient que les rencontres qu’elle occasionne renforcent des collaborations parfois peu évidentes au premier abord. Elle permet de se libérer du carcan des silos institutionnels et métiers et démontre l’intérêt de créer des espaces de travail ouverts entre institutions, collectivités, acteurs privés.

Chacun participe à valoriser nos territoires dans sa pratique métier (médiateurs, opérationnels, paysagistes, urbanistes, spécialistes de l’environnement…) parfois sans soupçonner la richesse des ressources locales, ou même avoir connaissance de la complémentarité des métiers, actions, projets, et de leur possible mise en synergie.

La découverte à pied, à vélo, en navette fluviale, invite à porter un regard différent sur le paysage. Même si l’on travaille sur site quotidiennement, on ne perçoit pas toujours la richesse de son cadre de vie, sa force d’évocation, l’intérêt que peuvent y porter des publics moins « connaisseurs ».

Dans le cadre de l’appropriation citoyenne, l’intérêt soulevé par les médiateurs du territoire est de faire « discours commun » en meilleure connaissance des projets et des enjeux pour une pédagogie mieux adaptée à des publics toujours mieux informés et avides de connaissance.

En suivant le fil de l’Adour et la philosophie de cette rencontre annuelle, rendez-vous est d’ores et déjà pris pour une 3° édition en pays Charnégou. Espace de confluence des gaves, terre de croisement des cultures et des territoires, un parfait site d’accueil pour un nouveau temps de partage et de production.

 

 

Retour en images

 

Ressources & contacts

--

Emilie Chabbert

Cheffe de projet Paysage - Projet urbain
05 33 09 79 61
e.chabbert@audap.org

Idoia Urruty

Chargée de mission - projet urbain & paysage
Téléphone : 05 59 46 50 18
i.urruty@audap.org

 

 
Mot(s) clé(s) : paysage  |